Rencontre avec les CM1-b de l’école les Roussettes à Mayotte

Un échange avec la classe de CM1-b de l’école primaire les Roussettes de Mamoudzou, à Mayotte, s’est amorçé sur l’initiative de leur institutrice Olivia (désolé je ne connais pas son nom de famille).  A Mayotte le monde est petit et les cours de Djembe ont amené à rencontrer de nouvelles personnes qu’on peut revoir facilement ensuite au hasard des activités sur l’île. Ce fût le cas avec Olivia, l’institutrice sus-nommée qui, ayant appris lors d’une discussion que je pars bientôt en Terre Adélie durant un an, a eu l’idée de créer cet échange qui ouvre l’esprit des enfants à d’autres activités et  d’autres lieux que ceux qu’ils peuvent rencontrer à Mayotte.

Bien que les  spécificités de cette île tropicale ont elles aussi des vertus  salutaires pour les enfants sur l’ouverture au monde, le contraste saisissant entre le climat mahorais et le climat de l’Antarctique permet, en outre, de faire émerger de nouvelles idées et questionnements. Certains des enfants de la classe n’ayant jamais connu de températures négatives ou vu et touché de la neige.

Cet exercice, une rencontre entre un « personnage », quel qu’il soit (un pompier, un menuisier, un météo, un pêcheur et etc…)  et une classe, a une vocation pédagogique en science (physique, géographie, histoire, biologie) en français écrit ou en expression orale.

Une fois actée la mise en place de cette rencontre avec la classe, j’ai signalé à l’institutrice, Olivia, qu’il était possible de poursuivre l’exercice (par mail) pendant l’hivernage et de rencontrer à nouveau les élèves à mon retour en 2012, lorsque ceux-ci seront en CM2 afin de répondre à de nouvelles interrogations et aussi pour  montrer quelques documents photographiques ou vidéographiques que j’aurais rapporté à ce moment là.

Ce matin du 22 novembre, je suis donc arrivé à l’école les Roussettes vers 9h15, le soleil tapait déjà suffisamment pour mouiller le bout de tissu, qu’on appelle chemise, qui me sert à présenter « correct » en société sous les tropiques, car ici, foi de breton, on s’en passerait bien puisque le port des vêtements n’a pas vocation à lutter contre le froid mais plutôt à se protéger du soleil.

Les 27 élèves de la classe connaissent déjà bien leur maîtresse puisqu’ils l’ont eu déjà comme institutrice au cours de leur CE2.

Chaque élève a ainsi pu poser une question. L’entretien avait bien sûr été préparé avec les élèves et leur institutrice la semaine précédente afin qu’ils puissent développer leur curiosité et initier un échange constructif par leurs questions.

Malgré les deux heures trente passées dans la classe, le temps a manqué pour survoler l’ensemble des points que je pensais indispensables à évoquer mais cela permettra aussi de laisser une bonne place à l’échange au cours de l’hivernage et au retour en 2012.

Dans quelques jours un compte-rendu sera rédigé sur ce premier contact élèves/hivernant.

Publicités

Une Réponse

  1. un bonjour de st brevin il fait très beau je vois que la vie là bas est très agrèable repond moi our mamoudzou retour courrier que j’ai envoyé à Fabienne bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :